Quelques conseils futés

Comment bien acheter un tapis !

 

 Achetez un tapis d’Orient comme n’importe quel article d’ameublement mais en donnant la priorité à vos émotions ! Dans le doute, laissez le professionnel vous conduire. Tant mieux si votre tapis ne se déprécie pas –  sa rareté concourt inéluctablement à ce résultat -, mais c’est l’émotion avant tout qui doit guider votre achat !

 Chacun recherche le meilleur prix. Malheureusement ou heureusement, les tapis d’Orient ne sont pas des produits tout à fait comme les autres. Produits de luxe mais aussi produits rares, d’une autre culture. D’où pour le consommateur un manque de repères et de points de références sur lesquels s’appuyer dans sa démarche.

 

Points de repère… et de réflexion:

 

 Dans chaque région, le pire côtoie le meilleur et souvent l’acheteur confond le nom d’un tapis avec sa valeur. Il m’est arrivé de vendre un Tabriz de 6 m2 à 1000 € et un autre à 10.000€.

Pour estimer la valeur d’un tapis, il faut analyser la qualité de la laine et des colorants, la qualité et la densité du nouage, la signature éventuelle,la rareté du motif ou des couleurs,l’âge et l’état de la laine , chaîne et contre chaîne, l’origine etc.

Il est impossible de juger  honnêtement tous ces facteurs sans voir le tapis.

 

Tout d’abord, observez et comparez. Prenez votre temps et visitez plusieurs établissements. Préférez les magasins ou boutiques spécialisées  ayant une certaine notoriété. Ces commerces reposent sur la confiance et la satisfaction réelle d’une clientèle acquise au fil des années.

Il faut dire aussi que, contrairement à ce que pense un public non averti, LES PRIX N’Y SONT PAS PLUS ELEVES QU’AILLEURS !

 

A contrario, méfiez vous des offres alléchantes mais douteuses qui fleurissent un peu partout, notamment les ventes de tapis sous formes d’expositions temporaires, qui n’ont lieu que les week-end dans des hôtels ou villa vides. Vous remarquerez que les panneaux qui annoncent ces expositions fleurissent le vendredi après 16 heures, car le ministère des affaires économiques est fermé et ne peut empêcher ces ventes. Si ces vendeurs ne respectent pas les lois, vous pensez bien qu’ils n’hésiteront pas à vous arnaquer, aussi gentils et chics qu’ils paraissent.

 

De plus il  est impensable que dans un pays « évolué » comme le nôtre, des particuliers achètent à des démarcheurs faisant du porte-à-porte, car les prix pratiqués dans ces conditions sont tout particulièrement prohibitifs!

 

Vu le succès des tapis iraniens, de nombreuses copies viennent des pays voisins dans des qualités médiocres et se retrouvent sur le marché européen et américain comme d’authentiques tapis persans.

L’acheteur se laisse malheureusement attirer par les ristournes merveilleuses que le marchand ou colporteur lui accorde, et achète au double, parfois triple, du prix une pâle copie dans des laines de médiocre qualité.

 

 

L’ENTRETIEN

 

Conserver un tapis d’Orient en bon état et sur une longue durée est une chose relativement simple si l’on respecte les principes suivants :

 

C’est la saleté qui provoque l’usure des tapis beaucoup plus que les contraintes liées au passage intensif. Les dégâts dus à la saleté sont de deux ordres :

 

  •        La poussière et le sable (qui existe en infime quantité même en ville)   descendent peu à peu jusqu’à la racine des nœuds du tapis. Il se produit  alors un effet de meule quand on marche sur le tapis et la laine s’use prématurément.
  •        Toutes les particules plus ou moins grasses que nous véhiculons sous nos  souliers finissent par recouvrir le velours du tapis. Celui-ci perd sa  souplesse et devient cartonneux. C’est alors que l’usure s’accélère  fortement.

 

Il convient donc de nettoyer régulièrement les tapis :

  •        Au moins une fois par semaine passer l’aspirateur doucement pour extraire  la poussière.
  •        Une fois par an retourner le tapis et le laisser à l’envers pendant 2 ou  3 jours à son emplacement habituel pour faire tomber les poussières et le  sable qui résistent à l’aspirateur et employer le batteur.
  •        Tous les 3 à 5 ans, en fonction de l’emplacement du tapis, nous le confier pour faire un lavage traditionnel.

 

De même il faut  éviter de glisser vos tapis  sous des meubles lourds : bureaux, consoles, armoires ; ce serait en écourter la durée. Et puis auriez-vous l’idée de priver une fleur d’eau et de soleil ? Ne priver donc pas d’air votre tapis. Songer qu’il est constitué de matières organiques vivantes.

 

 Pour les tapis anciens, demandez avant tout l’avis de votre revendeur et ne le donner pas à n’importe qui.

 

Vous ne devez pas :

 

L’entreposer dans des locaux humides (caves, greniers, maisons désaffectées…) ;

 

L’entreposer roulé, sans précautions ;

 

Utiliser les ingrédients courants pour toute tache (graisse, encre). Ces incidents trouveront leur remède dans nos ateliers.

 

Battre ou secouer fortement votre tapis. De telles méthodes sont nuisibles car elles provoquent l’arrachement des franges, ces cadres protecteurs.

 

 

Restauration

 

Tout tapis peut et doit être restauré. Trous et déchirures trouveront leurs remèdes.

 Mais une bonne réparation doit passer inaperçue. Pratiquement invisible elle ne dévalorisera pas le tapis.

 

Dépense à envisager : elle ne doit pas être prohibitive.

Nous vous conseillerons afin que le coût de la restauration soit justifié en proportion de la valeur du tapis.

Un devis sera établi pour chaque travail.